Les troubles alimentaires

Les troubles du comportement alimentaire sont des désordres complexes, principalement caractérisés par des habitudes alimentaires anormales, une crainte intense de prendre du poids et une grande préoccupation par rapport à l’image corporelle. 

Vérification du poids

Anorexie mentale

Ce trouble est généralement associé à une peur intense de prendre du poids, une distorsion de l’image corporelle ainsi qu’une restriction alimentaire stricte.

N'hésitez pas à demander plus de documentation à ce sujet.

Penser l'homme sur canapé

Boulimie

Ce trouble se caractérise par la présence d’épisodes de compulsions alimentaires suivies de comportements compensatoires. Les compulsions alimentaires sont généralement accompagnées d’un sentiment de perte de contrôle.

N'hésitez pas à demander plus de documentation à ce sujet.

En savoir plus
Solitude

Accès hyperphagique

Ce trouble se caractérise par la présence d’épisodes de compulsions alimentaires. Elles ne sont pas suivies de comportements compensatoires. Les compulsions alimentaires sont généralement accompagnées d’un sentiment de perte de contrôle.

N'hésitez pas à demander plus de documentation à ce sujet.

En savoir plus
Portrait d'adolescent

Autres troubles et troubles non spécifiés

Il existe plusieurs autres types de troubles alimentaires (orthorexie, bigorexie, etc.) sans oublier que différentes variantes d’un même trouble sont possibles. Plus d’un trouble peut être présent en même temps et la nature du trouble peut changer avec le temps.

Les troubles alimentaires non spécifiés englobent la totalité des comportements associés à un ou plusieurs troubles alimentaires, mais dont il est impossible de dire spécifiquement de quel trouble il s’agit. Cela peut correspondre à des comportements associés à une certaine obsession envers la nourriture ou une obsession envers l’image corporelle.

N'hésitez pas à demander plus de documentation à ce sujet.

En savoir plus

Je suis un proche...

...que puis-je faire?

Rôle et responsabilité

Votre principal rôle dans une telle situation est de favoriser un contexte aidant pour le cheminement de la personne vivant le trouble alimentaire. Par contre, c’est la responsabilité de la personne elle-même d’aller de l’avant et d’accepter l’aide que vous lui suggérez. Elle doit avoir personnellement le goût de faire des démarches pour s’en sortir.
 

Limites et besoins

N’oubliez pas l’importance de prendre du temps pour vous et de vous réserver des moments de plaisir. Que ce soit personnellement, en famille ou en couple, vous avez des besoins et vous avez le droit de les prendre en considération, de dire non et de vous écouter.

Les personnes vivant cette problématique ont souvent tendance à mettre leurs besoins de côté et à prioriser ceux des autres. Donc, en prenant soin de vous et en respectant vos propres besoins, vous pourriez devenir un modèle pour votre enfant, soeur, ami(e), etc. Vous lui apprendrez graduellement à se responsabiliser, à trouver ses ressources personnelles, à les développer et à avoir confiance en elle-même ou lui-même.

 

Culpabilité

Quelques pistes de réflexion pouvant vous aider à diminuer les sentiments de culpabilité et d’impuissance parfois présents chez les parents et les proches des personnes vivant un trouble alimentaire :

  • Est-il réaliste de penser que je peux avoir réponse à tout ?

  • Est-il possible et réaliste de toujours être présent lorsque mon enfant, ami(e), etc. vit des moments difficiles ?

  • Est-ce que le fait de prendre du temps pour moi fait de moi une mauvaise mère, un mauvais père, un mauvais conjoint, etc. ?

  • Est-il possible que je prenne une certaine distance face à la situation sans pour autant laisser tomber ma fille, mon ami(e), ma soeur, etc. ?

 

Attitudes à favoriser

Nous vous encourageons à adopter une attitude de non jugement face à ce que la personne dit ou fait.

Exprimer clairement à l’autre ce que la situation nous fait vivre (ex. : J’ai l’impression que..., Je me sens…) et lui donner également la liberté de le faire à son tour. L’utilisation du « je » est le plus approprié que le « tu » qui est plutôt accusateur et qui provoque des réactions de fermeture, de défense, etc.

L’anorexie et la boulimie ne sont qu’un aspect de la personne. Au-delà du problème, elle possède toujours ses forces, ses qualités, son potentiel, donc n’hésitez pas à encourager ses réussites personnelles.

Même si cela peut-être difficile, nous vous suggérons fortement d’éviter de contrôler ce que la personne mange. Comme son assiette représente son territoire secret, elle ne pourra réagir que farouchement à toutes tentatives de contrôle de la part des autres.